Et si le vote obligatoire était une fausse bonne idée ?

vote-obligatoire_Slate

Le vote obligatoire lutte contre l’abstention… pas contre ses raisons. À moins que l’on y intègre un « vote contre tous ». Je vous ai listé 6 raisons de douter de cette proposition politique. C’est à lire ici.

Le FN peut toujours porter plainte contre SOS Racisme, il a peu de chance d’obtenir gain de cause

FN-SOSRacisme

Lire l’article

Les hommes politiques veulent être cool (et les magazines cool veulent être sérieux)

Politique-cool

Quand les politiques dépoussièrent leur image, les médias de jeunes, eux, cherchent à se crédibiliser. Je me suis interrogée sur cette double stratégie de communication par ici.

Une analyse du succès économique de VICE, entreprise de la contre-culture (INA Global)

INA-Globaljpg

Retrouvez mon analyse de VICE, la multinationale de la contre-culture, dans le quatrième numéro de INA Global, disponible chez tous ces libraires.

Cette revue trimestrielle, qui confronte les points de vue de chercheurs, journalistes et acteurs de l’audiovisuel, est mise en page par Building Paris. Elle entend « proposer à un public curieux une réflexion vivante pour mieux comprendre et approfondir les grands changements à l’œuvre dans l’univers des médias ».

— Update : l’article est en ligne ici.

Les p’tits plats dans les grands #16 — blanquette de veau aux saveurs d’autrefois

Quel bonheur que celui de réchauffer un plat mijoté de longues heures la veille. Pour un dimanche soir sans prise de tête,  j’ai lancé cette blanquette de veau samedi en fin d’après-midi… Le jour J, il n’y a plus qu’à se déboucher une petite bouteille de rouge chilien, et c’est réglé. De quoi finir le week-end en beauté et en paresse.

Grâce à la super cocotte en fonte que la tante de Manu nous a offert à Noël, j’ai constamment envie de faire mijoter des plats (YOUPI). J’adore cette idée qu’il suffit de passer chez son boucher acheter des gros morceaux de viande et les balancer dans un bon bouillon pour découvrir 5 heures plus tard les agréables effluves d’un bon plat réconfortant et encore meilleur le lendemain.

La blanquette de veau est un des mes plats préférés. La crème fraîche, la pointe de citron, la mollesse de la viande… Ce que j’aime le plus avec ce plat, c’est qu’il n’y a pas deux recettes qui se ressemblent. La meilleure étant toujours celle de votre mamie ! Certains aiment que les carottes soient bien ramollies, d’autres qu’elles restent un peu croquantes (c’est mon cas, je ne les ajoute qu’à mi-cuisson). Certains préconisent d’épaissir la sauce avec des cuillères de farine, moi je l’aime plutôt liquide et citronnée. AHH, la blanquette de veau. Allez, prochaine étape : le bœuf bourguignon.

blanquette

INGRÉDIENTS POUR 2 PERSONNES :

- 500 grammes de blanquette de veau (sauté ou épaule de veau)
- 1 cube de bouillon de poulet
- 2 carottes
- 1 oignon jaune
- 5 gros champignons de Paris
- la moitié d’un petit pot de crème fraîche
- une moitié de citron jaune
- 1 jaune d’oeuf
- 2 cuillères à soupe de farine
- 10 cl de vin blanc
- du thym
- 1 demi-botte de persil plat

Et une cocotte en fonte ! (ou un grand fait-tout, à défaut)

PRÉPARATION :

1. Détaillez en gros dés le veau. Lavez-le à l’eau froide.
2. Faites revenir la viande dans une cocotte en fonte, avec un peu de beurre.
3. Sitôt la viande légèrement colorée, saupoudrez-la d’une cuillère de farine, remuez et ajoutez 2 verres d’eau.
4. Ajoutez le thym, le persil plat, 2 tours de moulin de poivre et un peu de gros sel.
5. Laissez mijoter 3 heures à couvert, à feux doux, en maintenant une très très légère ébullition. Surveillez à mi-cuisson et rallongez avec un verre d’eau si besoin.
6. Détaillez la carotte et les champignons, ajoutez-les à 1h de la fin de la cuisson.
7. À l’issu des 3 heures de cuisson, vous devriez pouvoir enfoncer facilement une fourchette dans un morceau de viande. Si la viande n’est pas assez tendre, remettez sur le feu autant que nécessaire (j’ai cuit ma blanquette de veau 5h au total)
8. Au moment de servir, mélangez dans un bol la crème fraîche, le jaune d’œuf, le jus de citron. Ajoutez cette préparation au dernier moment. Laissez sur le feu encore 5 minutes.

Dressage : sur une montagne de riz, disposez plusieurs louches de la blanquette de veau. Surplombez de quelques feuilles de persil plat.

Alors, comment est votre blanquette ?

La Saint-Valentin n’est pas une création commerciale, mais est devenue une allégorie du capitalisme

Slate_Saint-Valentin

N’en déplaise à la rumeur, la Saint-Valentin n’est pas le fruit d’une collaboration machiavélique entre fleuristes, vendeurs de cartes de vœux, restaurateurs et chocolatiers. La fête des amoureux trouverait en vérité son origine dans la Rome antique, bien qu’une querelle des historiens la rattache tantôt à un saint, tantôt aux Lupercales romaines (des festivités au cours desquelles un genre de loterie de l’amour était organisé).
Bien qu’elle ne soit pas une célébration marchande à l’origine, la Saint-Valentin est pourtant devenue une allégorie du capitalisme, au moins par trois aspects.

Lire la suite ici

Les p’tits plats dans les grands #15 —Dos de cabillaud pané aux sésames et asperges vertes rôties sur sauce au beurre

C’est un plat fait à quatre mains, avec Manu, pour Noël dernier. On cherchait une recette savoureuse mais légère (et on était hantés par le souvenir fou de cet incroyable poisson blanc sauce au beurre mangé à Hambourg…), histoire de ne pas avoir à sortir de table à quatre pattes (ce à quoi on n’a finalement pas échappé) (il faut dire qu’intercalé entre l’apéritif, un foie gras maison des plus divins,  un plateau de fromages du Nord et une bûche de chez Meert, un plat principal léger n’est qu’un vague moyen de sauver les meubles…) (j’arrête ici les parenthèses) (voilà).

Je garde cette recette précieusement dans mon carnet, parce qu’elle est un moyen imparable de célébrer l’onctuosité du dos de cabillaud – une pièce de poisson qui, bien cuite, est très généreuse en bouche parce que diablement fondante. Le fait de paner le cabillaud donne une texture super délicate au tout : légèrement croustillant à l’extérieur, moelleux à l’intérieur.

Il faut prévoir une après-midi d’avance (ou plus) pour mariner le poisson. Pour le reste : une petite demi-heure aux fourneaux le temps de faire cuire, et c’est réglé !

Dos-de-cabillaud

INGRÉDIENTS POUR 5 PERSONNES : 
- 5 dos de cabillaud
- 5 cuillères à soupe d’huile d’olive bio
- 1 citron vert
- 400 grammes de graines de sésames
- 1 œeuf entier
- 30 grammes de farine
- 1 botte d’asperges vertes
- 40 grammes de beurre frais
- 1 échalote
- 20 cl de crème liquide
- gros sel de Guérande
- moulin à poivre
- 1 petit verre à moutarde de vin blanc
- 1 botte de persil

PRÉPARATION :

Le cabillaud
1. Dans un grand plat, disposez les dos de cabillaud. Arrosez-les d’huile d’olive et de la moitié d’un citron vert pressé. Salez, poivrez, et réservez au frais plusieurs heures.
2. De temps en temps, retournez les dos de cabillaud afin de vous assurer que toutes les faces s’imprègnent bien de la marinade. De cette façon, le poisson commencera à « cuire » au frais et vous n’aurez qu’à le faire revenir rapidement à la poêle pour qu’il conserve tout son fondant.
3. Cassez l’œuf et battez-le. Poivrez, salez. Passez chaque dos de cabillaud dans la farine, puis l’œuf battu, avant de les aplatir dans une assiette plate que vous aurez rempli au préalable de graines de sésames
4. Occupez-vous maintenant des asperges vertes et de la sauce au beurre (référez-vous aux parties ci-dessous).
5. En toute dernière étape, après les asperges vertes et la sauce au beurre : faites revenir vos dos de cabillaud panés aux sésames dans une poêle chaude, avec de l’huile d’olive. Faites une cuisson aller-retour de 6 minutes en tout, en veillant à retourner les dos de cabillaud à mi-cuisson.
6. Réservez les dos de cabillaud sur du papier absorbant pour vous débarrasser du surplus de gras

Les asperges
1. Préparez les asperges : retirez les pointes au niveau de la tête puis épluchez-les sur les 2/3 de la hauteur. Assurez-vous que les asperges font toutes la même taille, ou coupez les pieds pour réajuster le tout. Ce sera plus joli dans l’assiette (et de toute façon, les pieds d’asperges sont loin d’être la partie la plus savoureuse de la plante potagère)
2. Placez ensuite les asperges dans une poêle et ajoutez de l’eau à mi-hauteur, ainsi qu’une noisette de beurre par dessus. Laissez cuire à feu doux jusqu’à évaporation de l’eau (environ 10 minutes) sans oublier de les retourne à mi-cuisson.
3. Réservez au chaud les asperges vertes

La sauce au beurre et échalotes
1. Ciselez très finement l’échalote
2. Dans une petite casserole, faites suer l’échalote à feu doux dans le verre de vin blanc et le jus du demi-citron. Laissez évaporer un peu.
3. Quelques minutes avant le dressage (quand le poisson et les asperges vertes sont prêts), ajoutez le beurre et délayez avec un peu de crème fraîche pour légèrement épaissir la sauce.

DRESSAGE
1. Dans une assiette plate légèrement creuse, disposez les asperges vertes
2. Posez le dos de cabillaud pané par dessus, triomphant.
3. Ajoutez la sauce au beurre et surplombez votre dressage d’un peu de persil

Bon appétit !

Contre une sanctuarisation du débat sur le terrorisme

Slate

 

Ma dernière tribune, à propos de ‪#‎CharlieHebdo‬ : méfions-nous de cette idée béate d’ « union nationale » qui nous fait inévitablement labourer la terre des idéologues du « choc des civilisations »

À lire ici

Charlie Hebdo : solidarité aussi avec les musulmans qui devront faire face à l’instrumentalisation politique qui vient

Charlie

La religion est le soupir de la créature opprimée, disait Marx. Elle est l’essence infantile de l’humanité, faisait remarquer Feuerbach. C’est ce que Charb l’athée pensait également, lui qui s’en est toujours pris à toutes les religions, sans exception aucune. Dans chacun des blasphèmes de Charlie Hebdo se tenait un pied de nez aux intégrismes.

Mais ailleurs dans ses colonnes, le journal satirique s’est tout autant élevé contre ces voix malveillantes et drapées du linge blanc de la laïcité, qui tous les jours résument sourdement les musulmans à une armée de violents fanatiques. Les premières victimes de l’intégrisme islamique sont les musulmans; et c’est cela aussi que Charb dénonçait. Car la laïcité n’a de sens que couplée à une lutte anti-raciste. Sans cette dernière, elle n’est qu’une illusion religieuse elle-même.

Aujourd’hui, c’est la liberté de la presse qui est endeuillée. Solidarité avec toute la rédaction de Charlie Hebdo, les familles des victimes, et ne l’oublions pas sous le coup de l’émotion : solidarité aussi avec les musulmans qui devront faire face à l’instrumentalisation politique qui vient.

« De l’air à France Inter » : Soirée « On nous cache tout » le 12 janvier à Paris

On_nous_cache_tout

>> delairafranceinter.ouvaton.org

« Nous nous appuyons sur un constat : les classes populaires sont presque absentes de votre antenne. (…) Que la principale radio de service public rende ainsi invisible, inaudible, quotidiennement, la « France d’en bas », que la majorité de la population soit passée sous silence, que ses préoccupations soient tues, voilà qui nuit manifestement au bon fonctionnement de la démocratie. »